• Est-ce la panacée à l'échec scolaire?

     

    12 élèves par classe, c'est bien, mais ...

     

    Une réforme appliquée à la hâte, mesure phare relevant d’une promesse de campagne. Telle qu’elle est présentée sur le papier et les plateaux télé, elle a de quoi séduire. Ce serait la classe « idéale » pour que tous les enfants sachent « lire, écrire, compter, respecter autrui ».  Il va sans dire que le cours préparatoire (comme son nom l’indique) pose les bases de la réussite scolaire future, avec l’acquisition des fondamentaux.

    Lutter contre l’échec scolaire en REP (Réseau d’Éducation Prioritaire Renforcé) part d’un bon sentiment. On ne peut que s’en féliciter ! Le chiffre 12 interpelle. Pourquoi 12 élèves au lieu de 15 par exemple ? À quoi fait-on référence ? L’absence de pédagogie pour accompagner la mesure pose également problème. Selon quels critères ces classes sont-elles constituées ? En vertu du bon vieux principe qui répartit les enfants dans les CP d’une même école : «Un bon, un moyen, un faible ? » Ou bien, tous les « faibles » dans la même classe ? On peut dire que le dispositif manque de clarté.

    Dans les années 80, on a créé les CP dits « d’Adaptation » avec 15 élèves : un effectif allégé pour permettre à l’enseignant d’offrir un enseignement individualisé aux enfants repérés « en difficulté » suite aux évaluations réalisées par les enseignants de grande section maternelle. Mais voilà, ne pouvaient postuler que des volontaires  ayant une solide expérience du cours préparatoire. J’ai postulé. Malgré toute ma bonne volonté, je me suis vite sentie démunie face à certains enfants qui n’arrivaient pas à investir les apprentissages, en raison de situations personnelles et familiales compliquées. D’où mon orientation vers l’enseignement spécialisé.

    Ensuite,  apparurent les GAP (Groupes d’Aides Psycho-Pédagogiques), remplacés par les RASED (Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté) avec des enseignants spécialisés (1 et/ou 2 années de formation) dispensant des aides spécialisées aux enfants d’écoles maternelles et élémentaires en grande difficulté.

    Puis, l’on a réduit considérablement, voire supprimé les RASED considérés comme le poil à gratter de l’Éducation Nationale, car pas rentables. Pensez-donc : tout ce personnel spécialisé (rééducateurs, psychologues...) qui ne travaille qu’avec un enfant à la fois ou un groupe restreint !

    Un effectif réduit au CP permet certes, de résoudre des problèmes de discipline, de faire travailler chaque enfant à son rythme. Mais, peut-on d’un coup de baguette magique régler les troubles de l’apprentissage, sans formation, voire une sensibilisation aux difficultés psychologiques des enfants ? Et les RASED indispensables pour épauler les enseignants, que deviennent-ils ? On n’en parle plus !

    Pour tenter de comprendre pourquoi un enfant n’investit pas les apprentissages, il est primordial de rencontrer les parents tout au long de l’année scolaire, les accompagner parfois au niveau d’un réajustement des méthodes éducatives, les orienter vers un professionnel... Cela nécessite des moments d’échanges (hors temps scolaire).

    Pour l’instant, le flou et la confusion persistent. Si des réserves sont émises sur l’absence de locaux, d’enseignants ; est-ce que l’on s’interroge sur comment mettre en place cette mesure, comment l’évaluer... pour que « 100% des enfants réussissent », selon le ministre de l’Éducation Nationale ?

     

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • TES JOURS SONT COMPTÉS !

     

    PREND GARDE À TOI, REKIN ! TES JOURS SONT COMPTÉS !

     

    Les humains sont devenus marteaux !
     
    Alors que certains veulent coloniser la planète Mars, d’autres veulent coloniser la mer. Ils appellent ça : « Occuper notre territoire. Rend a nou la mer !” Oui, parce que les requins bouledogues nous ont volé la mer : “sa ta nou sa !” Nous ? Qui ? Nous, les gentils humains équipés de branchies, qui ne peuvent pas se passer de vivre dans la mer.
     
    Tandis que des panneaux indiquent: “baignade interdite”; l’homme en blanc qui nous gouverne, est tombé dans le panneau. Pas celui d’interdiction de se baigner, danger ; mais celui de la capture tous azimuts. Capturez-les tous, les mâles, les femelles, les juvéniles (traduisez par là: les bébés requins !). En clair, vidons la mer à la petite cuillère, afin que les gentils terriens puissent vivre en paix!
     
    Quand on sait que passion, émotion, ne riment pas forcément avec raison, mais avec division, égarement, irrationnel... On ne prélève plus, on chasse ! Bien ! Que va-t-on faire de la chair présumée toxique de ces maudits terroristes des mers, de père en fils ? La rejeter en mer pour attirer d’autres prédateurs ? Que nenni ! On va la manger. Certains humains en mangent bien, et sont fiers de n’avoir pas succombé à la ciguatera.
     
    Et si quelques uns arrivaient à succomber ? Ben! Euh! Les mêmes adeptes de la chasse, pourront toujours accuser l’État de les avoir empoisonnés. Ça tombe sous le sens !
     
    Ne dit-on pas que la nature a horreur du vide...? Il y aura toujours un rescapé qui ne sait pas lire un panneau, pour happer un imprudent au passage.
    Comme dirait feue ma grand-mère: “Sa la pa la chiasse sa?” Dans l’hémisphère Sud, c’est bien connu: on marche sur la tête, ou la tête en bas !

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • UN NOUVEAU SAINT à LA REUNION

     

    SAINT-FRANçOIS PRIEZ POU NOUS !

     

    Il était une fois, un saint nommé François le bien-aimé, Châtelain de La Sarthe.

    Il voulut venir à La Réunion pour redorer son blason, sali par des gueux jaloux qui voulaient le dépouiller de ses biens. A sa descente de l'aéronef, il fut accueilli par une foule en liesse, chantant, non pas des chants Grégoriens, mais païens, accompagnés d'instruments africains des plus bizarres, que l'on appelle: Bob - Roulèr - Kayamb ! Il n'en revenait pas d'un si bel accueil.

    Sur son chemin, il rencontra des gueux armés de casseroles qui lui réclamaient de la confiture. Il les renvoya derechef  à leurs cuisines, avant d'assister à la sainte messe.

    Et là, tout se gâta, lorsque le curé de la paroisse entreprit de lui faire la morale, selon un dénommé Mathieu (un saint ennemi), en ces mots :" Je te le dis en vérité, tu ne sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier sou. Amen (les sous-sous), je te le dis !" Grand dieu, quel culot !

    Saint-François resta de marbre face à cette funeste homélie, même quand le prêtre lui enfonça traitreusement les derniers clous dans les chairs : "Si tu commets une faute, même si tu n'en a pas conscience, tu es responsable !" Saint-François avala péniblement l'hostie sous l'oeil des pamphlétaires qui ne voulaient pas en rater une miette.

    Puis, on l'emmena à un grand pique-nique "partage - réchauffe le coeur", où des fidèles transportés en carrosse, se bousculaient pour le toucher. Ouf ! Un peu de répit ! Il apprit qu'on devait prendre la nourriture avec les doigts, se plaignit qu'on ne lui donnait pas assez à manger.

    Heureusement, Saint-Joseph de Sinimalé (excellent chorégraphe, au demeurant) l'entraîna dans un maloya endiablé (la danse des esclaves), lui qui s'attendait à danser le menuet, et qu'une gent dame lui apprit le séga carte postale !

    Tel Jésus, injustement crucifié, Saint-François continua son chemin de croix; d'autres gueux l'empêchèrent de déposer un bouquet de fleurs devant Saint Roland Garros. Pour finir, il avala cul sec, un grand verre de rhum à la distillerie, et reprit le chemin de son aéronef, un peu éméché ou déconfit. 

    Si seulement, il avait consulté Saint-Expédit: le patron des causes désespérées... ! 

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • SOMMES-NOUS DES COBAYS?

    http://www.linfo.re/videos/en-tete-a-tete/707434-en-tete-a-tete-avec-marie-claude-barbin

     

     

    Mon livre est en vente en librairie. Réunion

    Gérard

    Autrement

    Roches Noires

    Point presse Roland Garros

    sur Amazon.fr

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique