• DU RIFIFI À LA MÉDIATHÈQUE CIMENDEF

     

    DU RIFIFI À LA MÉDIATHÈQUE CIMENDEF

     

     

    L’histoire pourrait s’écrire ainsi : un vigile, deux femmes, une médiathèque.

    Non, ce n’est pas une parodie des Césars (Basique !). Non, on n’est pas dans Vidéo Gag, ni même dans Le Gorafi (site d’information parodique). Cette image d’un vigile baraqué montrant ses muscles pour barrer l’accès d’une médiathèque à deux femmes (députées), est tout simplement stupéfiante, pour ne pas dire affligeante, à défaut de prêter à sourire. On a du mal à imaginer que cette scène surréaliste se déroule à La Réunion en 2018.

    L’image est violente dans tous les sens du terme, en raison du décalage au niveau visuel. D’un coté, la démonstration de la virilité, de la toute puissance narcissique, à travers l’impressionnante musculature ; de l’autre, des femmes qui ne sont pas censées « faire le poids ». Basique ! Nous ne sommes pas à l’entrée d’une boite de nuit, mais devant un lieu réservé à la culture : un sanctuaire.

    La scène renvoie à l’ère de l’obscurantisme, où les femmes n’ont pas accès à la culture, à quelques jours de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Ô Marlène Schiappa, si tu savais ! « Fanm i rente pas tér là ! »

    Là, où la situation vire à l’absurde, c’est lorsqu’elle se retourne en son contraire. On parle « d’agressions, d’actions violentes » ; violences passibles d’être traduites en justice. N’ayons pas peur des mots ! En même temps, le ridicule n’a jamais tué personne.

    Mon péi bato fou. Ou sa bann na i rale a nou ? La Réunion i marche su la tête. Quelle image véhicule-t-on auprès des jeunes en quête de modèles identificatoires ? Quelle image donne-t-on de La Réunion ? Ma grand-mère dirait : « Sa la pas la chiasse, sa ! »

     

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :